Patrick Quartenoud

Patrick Quartenoud

 

Après une enfance passée à Bulle en Suisse, Patrick Quartenoud déménage à Fribourg à 19 ans pour s’engager et se former dans l’animation de jeunesse. Diplômé de l’École d’Études Sociales et Pédagogique de Lausanne, En 2004, il prend les rênes du nouveau centre d’animation de Bulle, dont il a contribué à la création et permet son développement, par la création  de nombreux projets.
Lecteur infatigable dès son plus jeune âge, Patrick Quartenoud a toujours été intéressé par l’écriture. Adolescent, il multiplie les poèmes, essaie quelques pièces de théâtre.
Il rédigeait des journaux à chaque voyage, notamment celui qui l’a conduit, durant un an, en Afrique, en Asie du Sud-Est et en Australie. Il écrit les textes des chansons qu’il interprète avec son groupe : Django de Miché.
Lors de son voyage en Asie, Patrick a découvert le cricket auquel il s’adonne, jusqu’à remporter la coupe suisse en 2008. En dilettante, il pratique le tennis, l’escalade et la course à pied.

Il a écrit deux romans. « À dos, les sens  » en 2015 et  » Haute trahison « , roman policier qui se passe sur le Larzac, à La Blaquèrerie.  » Un camping dans le Larzac, un héros banal, un crime sordide. Ces éléments composent un cocktail détonnant qui transforme une escapade dans un site d’escalade en un polar haletant qu’on dévore sans même s’en rendre compte« .

 

Benoît Séverac

Benoît Séverac

 

Benoît Séverac vit et travaille à Toulouse. Il est auteur de romans et de nouvelles en littérature noire et policière adulte et jeunesse. Ses romans ont remporté de nombreux prix, certains ont été traduits aux États-Unis ou adaptés au théâtre.
Ils font la part belle à un réalisme psychologique et une observation sensible du genre humain.
Chez Benoît Séverac, ni bains de sang ni situations malsaines. L’enquête policière n’est souvent qu’un prétexte à une littérature traversée par des thèmes profonds et touchants, et une étude quasi naturaliste de notre société.

Par ailleurs, il enseigne l’anglais à l’Ecole Nationale Vétérinaire de Toulouse ainsi qu’aux étudiants du Diplôme National d’œnologie de Toulouse.
Benoît Séverac est membre co-fondateur des Molars, association internationale des motards du polar qui compte plus de vingt membres représentants trois continents.
Il est curieux et touche-à-tout. De la musique à l’oenologie, ses talents sont multiples et il n’a pas fini de nous étonner.
Le 8 mars 2018 parait « Wazhazhe », aux éditions  » Le Passage », un roman écrit à quatre mains avec Hervé Jubert, lui-même auteur de polars et de littérature fantastique. Entre Oklahoma et Occitanie, enquête criminelle et chamanisme se mêlent… Une histoire de vengeance, de folie et de mort.
Ainsi qu’ « Une caravane en hiver  » aux éditions Syros ; un roman noir tourné vers les adolescents à partir de treize ans mais tout aussi passionnant pour les adultes.

Avant cela, il avait publié, entre autres, « Trafics » et « 115 « , deux romans qui se passent aux Izards, quartier sensible de Toulouse, tout comme le sont ses habitants. Il décrit une société où il n’y a plus de place pour les plus fragiles qui s’enfoncent alors dans une marginalité où règne la loi du plus fort. Sans manichéisme, il décrit les laissers-pour-compte d’un système qui génère pauvreté et violence. Mais dans lequel subsistent malgré tout des êtres généreux et solidaires.

Benoît Séverac anime cette année l’atelier d’écriture pour adultes à Millau, pour le plus grand bonheur du groupe de passionnés d’écriture que nous sommes.

 

Olivier Truc

Olivier Truc

 

Olivier Truc est né à Dax. Journaliste depuis 1986, il vit à Stockholm depuis 1994 où il est le correspondant du quotidien Le Monde et de l’hebdomadaire Le Point. Spécialiste des pays nordiques et baltes, il est aussi documentariste pour la télévision française. Deux de ses documentaires ont été primés : « La dernière plongée » ( 52’ réalisé avec Frédéric Vassort, France 5, 2006, Prix spécial du jury Figra 2007), raconte la lutte contre l’état norvégien des anciens plongeurs de l’industrie pétrolière en mer du Nord qui ont sacrifié leur santé dans les années 70 pour apporter la prospérité à la Norvège.
Un autre documentaire évoque le destin des enfants nés de père allemand pendant la deuxième guerre mondiale en Norvège (« Les bâtards du Reich », 26’, Sunset Presse- Arte, 2002).

Il est également l’auteur de « L’Imposteur », roman policier où un héros méconnu se construit une existence plurielle afin d’échapper à ses multiples ennemis ; une imposture nécessaire à sa survie.
Il s’est aussi beaucoup intéressé aux Samis, un peuple de pêcheurs, chasseurs et éleveurs de rennes qui vivent en Laponie. Il en a créé une trilogie policière: « Le Dernier Lapon », pour lequel il a reçu entre autres le prix des lecteurs Quais du Polar et le prix Mystère de la critique, « Le Détroit du Loup ». Et enfin en 2016, il publie « La Montagne Rouge », qui est en quelque sorte l’apogée d’une série aussi brûlante que la glace sur la peau. Une ode aux grands espaces ouatés, une reconnaissance du combattant en quête d’identité. Le dernier Lapon et Le Détroit du loup nous avaient saisis et captivés, ce nouveau roman noir nous transporte.

 

Christophe Vasse

Christophe Vasse

 

Né à Toulouse en 1974, Christophe Vasse suit un parcours scientifique jusqu’à obtenir son diplôme d’ingénieur de l’ENSEEIHT (L’École nationale supérieure d’électrotechnique, d’électronique, d’informatique, d’hydraulique et des télécommunications) en 1998. Il a occupé divers emplois dans ce domaine, notamment à Paris. Puis il revient à Toulouse en 2011 où il rejoint la société R.Tech en avril 2017 pour être ingénieur en simulation numérique dans les domaines de l’aéronautique et du spatial

Son premier roman, un « thriller d’épouvante » écrit en 2010, passe tout près de l’édition puisqu’il arrive dans les mains de Bernard Fixot, Président des Éditions XO. Il écrit un second roman en 2008, puis un troisième, baptisé «Mauvais sang», en 2010. Entre deux romans, il écrit également des nouvelles, une douzaine à ce jour.
« Mauvais sang » repose pendant plusieurs années dans la mémoire de son ordinateur. Au cours de l’été 2016, sa compagne prend l’initiative de soumettre ce roman au comité de lecture des Nouveaux Auteurs et en profite pour l’inscrire au Prix du magazine « Femme Actuelle ». Le verdict tombe en mars 2017 : le prix récompense quatre romans, dont le sien, qui remporte le Prix du Polar. «Mauvais sang » devient « Celle qui ne pleurait jamais » et paraît le 6 juillet 2017 aux éditions Les Nouveaux Auteurs.

Un changement récent de situation professionnelle lui libère un temps précieux qu’il consacre tout entier à l’écriture. Il a récemment repris son premier manuscrit et écrit en parallèle un quatrième roman, un thriller psychologique. Dans les cartons également, un roman d’anticipation, deux autres polars et un roman plus léger, du genre  » feel good ». Pas de genre de prédilection, simplement des histoires à raconter et à partager… inspirées de l’actualité, du cinéma, de ses lectures bien sûr, parfois aussi d’une musique, sur laquelle il met des images, qui amènent d’autres images et finalement une histoire toute entière. « Celle qui ne pleurait jamais » est un roman policier passionnant, pleins de rebondissements, où l’on suit Séverin, personnage dont les failles et la fragilité sont décrits avec beaucoup de talents. Très prometteur.